DSCN2587

Pâtes au pesto maison

Ciao belli

Trop déçue par des recettes de pâtes approximatives je me suis lancée dans l’écriture de mes recettes de prédilection. Vu qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même, voici voilà.

La cuisine italienne est une cuisine simple mais savoureuse et généreuse.

D’ailleurs je prépare toujours pour trois personnes : je cuisine en général pour deux, et je prévois systématiquement pour une troisième assiette. Je m’explique : en Italie on dit « S’il y en a pour deux, il y en a pour trois ». Trois portions donc, dont une prévue pour un éventuel invité surprise, le Tupperware de demain midi, ou juste se resservir. Généreux vous dis-je.

Sans plus attendre, la première recette. Aujourd’hui je parlerai de pesto, mais chez Picci le pesto ne contient pas d’ail et est pimpé avec des amandes, plus douces en bouche que des pignons toastés. Et puis c’est hors de prix ces graines non ?
Dans mon pesto donc : du basilic frais, de la poudre d’amandes, du parmesan râpé et de l’huile d’olive extra-vierge.

C’est une recette qui plaît, et qui prend peu de temps à préparer.


pesto Piccicuisine 1Carrelage totalement années 70 mais j’assume.

C’est parti pour un pesto pour trois estomacs affamés.

La base :

  • 500 g de pâtes *
  • 75 g de basilic (soit une belle botte parfumée) – please jamais de basilic lyophilisé
  • 100 g de parmigiano reggiano + en prévoir pour saupoudrer l’assiette
  • 90 g de poudre d’amandes **
  • ½ verre d’huile d’olive (10cl) + en prévoir pour mélanger les pâtes
  • ½ verre d’eau (10 cl)

L’assaisonnement :

  • Du poivre noir
  • Une petite poignée de gros sel pour la casserole

Matériel :

  • Un mixeur (ou un mortier pour les mieux équipés)
  • Une assez grande casserole
  • Un saladier

* Suggestion : je trouve que le pesto se marie très bien avec des pâtes longues comme les linguine ou les spaghettoni, mais des trofie ou des fusilli iront aussi à merveille.

** J’ai remarqué que la poudre d’amandes du rayon fruits secs coûte généralement plus cher qu’au rayon pâtisserie. Bonne nouvelle : vu que ça ne change environ RIEN ça conviendra tout à fait. On peut aussi acheter des amandes émondées et les mixer si on est d’humeur warrior, voire des pistaches oui oui.

Préparation

On commence par faire chauffer une grande casserole d’eau aux ¾.

Pendant ce temps, laver le basilic et retirer les feuilles des tiges. Se débarrasser des tiges bien évidemment, elles n’ont rien à voir avec la choucroute enfin, le pesto.

Il faut maintenant mixer les feuilles avec le ½ verre d’eau (qui facilite la tâche), par à-coups. C’est très important de le faire par à-coups plutôt que pendant trente secondes car sinon les feuilles vont s’abîmer et brunir. Et un pesto marron moi je dis : bof.
Ceux qui ont la chance d’avoir un mortier pourront piler tout ceci à la force de leurs mimines, c’est bien entendu meilleur. Mais je comprends qu’on n’ait pas tous investi dans un mortier pour notre cuisine parisienne de 3m².
En tout cas, le résultat reste plus que correct avec un mixeur tant qu’on respecte la règle énoncée plus haut. Parole d’Italienne.

Une fois que c’est mixé, mélanger le parmesan et la poudre d’amandes, les ajouter au basilic puis remuer le tout à la cuillère. Le rendu est super pâteux, c’est normal, c’est là qu’on ajoute l’huile d’olive.
Ça va quand même rester pâteux, c’est normal : tout à l’heure on va ajouter de l’eau de cuisson dedans et là ce ne sera plus pâteux du tout. Donc inutile de faire baigner le pesto dans deux litres d’huile d’olive extra-vierge donc, car sinon ce sera très gras.
Une fois l’huile ajoutée, on remélange délicatement.

Passons donc sans transition à la pasta. Dès que l’eau commence à frémir on rajoute la petite poignée de gros sel et on verse les pâtes. Les remuer après quelques minutes de cuisson.
L’amidon des pâtes crée une écume blanche à la surface : en prendre deux cuillères à soupe et les ajouter au pesto : ça permet de lui donner the texture optimale, et surtout plus de liant au moment de servir.
Et c’est reparti, on remélange encore un peu. Ceux qui aiment ajouteront même du poivre noir. Après on goûte et en fonction on réajuste car chacun ses goûts, moi j’aime bien qu’on sente pas mal la poudre d’amandes par exemple. Transvaser le pesto dans un saladier assez grand pour accueillir les pâtes.

pesto Piccicuisine 2Heureusement que c’est meilleur que ça en a l’air.

Bon rien de si compliqué finalement ?

Retirer les pâtes une minute avant le temps indiqué sur le paquet et les égoutter, avant de les verser dans le saladier. Mélanger pour que le tout s’amalgame (le meilleur moment ever).

Si besoin ajouter deux tours d’huile d’olive (concrètement on fait rapido – une seconde – le tour du saladier, deux fois, et si quelqu’un sait comment mieux expliquer je suis preneuse), mais ça ne devrait pas être trop sec si les précédentes étapes ont été respectées.

Servir dans de jolies assiettes creuses et prévoir du parmesan pas bien loin pour qui veut, perso j’en rajoute toujours.

ATTENTION JE METS DES MAJUSCULES CAR JE VAIS DIRE QUELQUE CHOSE D’ESSENTIEL. Le pesto ne se chauffe pas : avec la chaleur le basilic frais se dessécherait et perdrait toute sa saveur. Idem avec le micro-onde, on oublie.

pas faire
Je trouve le pesto meilleur le jour J (et de toute façon il en reste rarement), mais ça peut se manger froid le lendemain. En salade c’est super bon aussi, trois dés de mozza et des tomates cerises et hop le Tupperware pour demain midi ça c’est fait.

Ah et aussi il faut prévoir environ 3L d’eau pas loin, le pesto ça donne soif.

YO

Le récap’

Si tout s’est bien passé on a :

– mixé les feuilles de basilic frais
– mélangé ça aux trois autres ingrédients du pesto (poudre d’amandes, parmesan râpé et huile d’olive vierge extra)
– ajouté de l’eau de cuisson pour le rendre moins pâteux
– mélangé les pâtes cuites au pesto avant de servir


Partager cet article
facebooktwitterpinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *